Montereau suite et fin.

Dimanche matin, difficile pour tous sans exception. On se retrouve à table pour le déjeuner des plus frugal et mon jus de chaussette est meilleur que la veille.

Des escarmouches sont prévues ce matin dans les bois à 3 km du centre. On se tâte ! Les plus jeunes et téméraires se sentent pousser des ailes et décident d’y aller. Briselame, la Murette, le Liégeois, le Lésard et Coincoin se mettent en route vers les cimes de Montereau. Les moins vaillants, dont je fais partie, calculent les heures à conduire pour le retour et décident de commencer à démonter le campement. Nous voilà au même moment quasiment chassé de notre campement par les ouvriers communaux qui soufflent la paille et ramassent le bois. Bah je pense qu’on nous fout dehors…Très vite l’eau nous est aussi coupée, la coupe est pleine, non plutôt vide.

Nos 5 gaillards réapparaissent complètement crevés après des escarmouches du côté allié (parait qu’on tire plus de ce côté-là) et après avoir parcouru presque 10km dans les bois. On finalise le chargement et on repart vers notre Belgique chérie.

Le retour se passe sans encombre jusqu’au moment ou Joss décide de ne pas se sentir trop bien, nous obligeant à nous arrêter sur la bande des pneus crevés avec 10 kg de poudre et 10 fusils. Je prends le volant et exhorte celui-ci à boire de l’eau pour se remettre…. Bien mal m’en prend ! Après avoir ingurgité 3 litres d’eau, me voilà obligé de m’arrêter toutes les demi-heures en catastrophe pour soulager la vessie de Joss que je trouve bien petite… la vessie 😊.

Enfin la délivrance après 7 arrêts pipi et 5 heures de route… Nous voici à Ligny. Mes camarades de route nous ayant lâchement abandonnés après le cinquième arrêt « commodités », tout à fait compréhensible.

Merci à tous pour ce bivouac et ces aventures.

Montereau suite:

Samedi 15h. Quatre chasseurs sont désignés pour accompagner l’Empereur pendant le défilé de cet après-midi. La Louche, Briselame, Rossignol et La Murette se portent volontaire pour cette tâche plus de service d’ordre que de garde proprement dite : « job well done » après avoir rappelé à chaque emplumé de l’état-major que l’on n’est des chasseurs de la Garde avec des caractères bien trempés. Défilé sans encombre dans un centre-ville bien plus clairsemé qu’il y a 7 ans, coincé entre les chasseurs de Nemours et le 2ème, avec le capi précédé de nos deux fières pupilles.

Retour au bivouac avant de se rendre dans le parc pour en découdre avec les alliés. Une certaine attente s’installe (il faut que les différents régiments français, soit 200 soldats, passent chacun sur le corps des 50 alliés présents), c’est à notre tour flanqué du 2ème chasseur, tiens on a perdu Nemours dans l’aventure, que nous apparaissons dans le parc. Quelques salves plus tard nous déboulons dans les installations ennemies pour une petite joute sympathique ; mais pas pour tous puisque Coincoin pour son premier combat ne trouve rien de mieux que de foncer baïonnette tendue vers nos « amis » prussiens qui s’empressent de lui rappeler que c’est dangereux une baïonnette !!!

Défilé devant l’Empereur de son petit nom « Jigé » et retour au bivouac sous les cris de « hourrrrra », comprends pas ? Après quelques efforts de tous pour préparer notre souper du soir, Briselame et La Murette amuse le public présent par des airs de tambour et de fifre. La soirée s’étire paisiblement jusqu’à ce qu’on se décide d’aller boire un verre bien frais en ville, aie. On squatte un bar tabac tenu par un couple de « français-vietnamien » qui n’en revient pas du nombre de bières que l’on peut boire et c’est à cet endroit que la Murette décide de pourrir les WC… cause à effet, pas sur mais le gars ferme son établissement dans la foulée ! Retour au bivouac et on décide d’aller boire à la 2ème, mais comme chaque fois tout le monde fait dodo depuis bien longtemps. Ah, ces petits vieux de la Garde… Certains rentrent dans leurs pénates et d’autres glissent vers nos amis prussiens gouter leurs spécialités jusque tard dans la nuit. Tiens, on n’entend plus Boussole !!!

A suivre…

Retour à Montereau

Certains s’en souviennent mais nous avions déjà pris nos quartiers dans le parc des Noues à Montereau sur Yonne il y a un peu plus de 7 ans pour le bicentenaire de la bataille de la même ville. L’équipe était fort différente, seuls 4 chasseurs étaient du voyage en 2014 et à cette édition de 2021. C’est une escouade bien frêle de 14 chasseurs, au regard du nombre de chasseurs dans le régiment, que nous prenons la route pour un peu moins de 400 kilomètres vers la France et à 20 kilomètres de Fontainebleau. Le voyage se fait en camionnette pour Joss et moi-même, chargée comme une charrette à bœufs, sans pass covid, avec 5 kg de poudre et 10 fusils non déclarés ! Tout est possible….

Sur place, quasi tout le monde est présent vers 17h pour le montage du camp. On décide de rationaliser les tentes en groupant les couples de dormeur. La première soirée commence par un petit restaurant « grill » ou la bière coule déjà à flot en préparation du match de ce soir. Je pense que tous ceux qui étaient sur la terrasse se souviennent des belges de cette soirée : « on est chez nous… ». Le match n’est pas comme on l’espérait, restait plus qu’à noyer notre chagrin… chose faite.

Nous aurons la visite pendant la nuit d’un visiteur indésirable, éméché et prêt à « taser » qui le voulait bien. Heureusement que Briselame dans sa sobriété toute relative décide de sortir sa pétoire et de lui montrer la charge en 12 temps avant de vouloir lui cramer la gueule. Tout dans la délicatesse Briselame ! Boussole perd une nouvelle fois le nord et fini une nuit blanche sans voyelles sous l’auvent.

Au matin, malgré ses difficultés d’élocution, Boussole réussi à nous ramener des baguettes pour le déjeuner. Tout le monde se met à la tâche pour que le déjeuner se passe au mieux. Une fois n’est pas coutume, préparation de la poudre pour les escarmouches de cet après-midi. Visite du « général » Pellet qui essaye de nous présenter un nouvel emplumé représentant Murat ! Pas trop bien reçu, il s’est même pas présenté et doit apprendre qui nous sommes….Bah encore un emplumé de plus plein aux as et qui n’a jamais dormi dans la paille.

Entretemps réajustement des victuailles en faisant des courses au « carrefour » du coin. La matinée se termine par une école de peloton avec nos « amis » du 2°, de la merde… on a fait que ça. On rentre fâché sur nous même parce que l’on sait que l’on n’a pas bien travaillé, ce n’est que partie remise.

C’est aussi la première fois que le 1 Chasseur sort ses deux uniformes de pupille pour prendre sous son aile les recrues Ryan et Clément, habillés de leur superbe livrée verte et jaune et coiffé de shakos tout neuf. Ils feront honneur à leur rang et seront disponibles pour la vie du camp mais aussi pour les écoles de soldat et pour le défilé de l’après-midi.

Notre vétéran étant hors service pour tout le weekend, c’est donc les cadres qui se mettent à la tâche bien aidé par tous chacun à leur tour pour préparer la pitance, plus frugale qu’à Waterloo sans nos vivandières de choc. (A suivre)

Waterloo 2021 – suite et fin

La deuxième nuit est plus calme, comme chaque fois et au petit matin, les premiers éclopés se font connaitre à l’appel… dur la vie de fantassin. Départ 9h après un déjeuner frugal et court, on reprend les bus parce que la marche du samedi a laissé des traces dans les organismes au même titre que la vinasse et la chope de la nuit.

Retour sur Hougoumont pour effectuer la même prestation que la veille au soir. Tout se passe pour le mieux devant un public conquis par notre savoir faire et notre prestance. De retour au bivouac du Caillou, les vivandières nous ont préparé un apéro digne de leur savoir-faire. Une salade de poulet et son accompagnement qui sont les signes avant-coureurs d’une sieste annoncée.

L’après midi s’étire au verger par la visite des curieux de l’Empire et aussi ceux bien incrédules de nous voir dormir dans la paille. Une démonstration d’escouade est proposée par Le Lyonnais accompagné de Brise-lame, Cousin et Boisansoif pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Reste plus qu’à démonter le campement, en deux temps trois mouvements, c’est presque fait.

Tout le monde se quitte la certitude du devoir accompli avec les remerciements de Nathalie notre organisatrice et hôte de ce weekend au Caillou.

A la prochaine, à Waterloo.

A noter :

Boussole en première comme vétéran, Coincoin… a raté les cours de psychomot étant plus jeune, Arnaud, une belle première discrète mais efficace (désolé d’avoir subi les nuits avec moi), Brise-Lame chassez le naturel et il revient au galop… hein prof 😊, Cousin a appris que le mur était classé pas son téléphone, Rossignol a coulé ses pieds dans un seau de crème, l’Oblique est le seul qui sentait le savon les deux jours… camping empire, et Marie Aube qui a rafler la solde de tous les chasseurs avec son commerce et ses charmes 😉.