Deux chasseurs à Austerlitz

Salut à tous.

Comme vous le savez « Kinder » et moi avons été invité par la 8eme à participer avec eux aux reconstitutions historiques d’Austerlitz. Un week end mémorable. La bas, les bivouacs sont interdits à cause du froid. Nous avons passé les deux nuits (de vendredi à samedi et de samedi à dimanche) à l’hôtel Olga. Très propre, très bien et surtout 142 euros pour une chambre à trois avec le petit dej et le repas du soir.

Une ambiance féerique sous la neige avec un petit marché.

Le samedi midi avait lieu la grande bataille rangée dans le champ mais nous n’y avons pas participé. On a fait avec la 8eme. L’escarmouche dans le parc du château à midi et au même endroit la bataille du soir. Combat nocturne avec feu d’artifice a la fin. Il y eu aussi un bal d’empire (très difficile d’y amener « kinder » jusqu’à ce qu’on y retrouve par hasard notre amis polonais de Leipzig et qui a encore réussi à nous faire boire sa saloperie de nettoyeur de réacteur nucléaire soviétique de son papy… Kinder en a bu trois….)

Alors le dimanche matin nous somme aller au combat de sokolnitz. Très chouette. Sinon très belle expérience avec la ligne. Très content de voir, Thomas Istace sera d’accord avec moi, qu’en drill nous n’avons rien appris et plus rien à apprendre (on a fait quelque manœuvres d’exercice) on savait tout faire !!! Un point important…..

Alors par contre on a appris une chose…cramer de la cartouche… On a tirer comme des possédés.

Les 1200 km allez retour valait franchement le coup…. Enfin quand on est des tarés évidement. Mon père ne comprendrait pas

Thomas ISTACE « Lafayette »

L’image contient peut-être : Thomas Istace et Quentin Istace, personnes debout

Leipzig 2018

27 irréductibles chasseurs de la Garde impériale se sont rendus à Leipzig du 19 au 21 octobre 2018, outre les 24 heures de car épuisantes, ce fut encore un très bon bivouac avec une belle ambiance de régiment et une bien belle bataille de près de deux heures ou  une fois n’est pas coutume nous avons fait plus ou moins tout ce que nous avons voulu.

Petit bémol, une organisation scindée en deux bivouacs et pas de personne de référence pour nous renseigner à Makleeberg, mais un peu d’anglais (oui je sais c’est un peu fort pour un régiment français) et le language des signes nous ont bien servis pour pallier à certains manquements, surtout à l’auberge du camp…

Une bataille précédée d’une promenade digestive de 7km ou nous avons croisé la baillonette avec des Prussiens dont le porte drapeau court toujours…. suivi d’une attaque sur des Landwheer qui venaient de se rendre !!! Pour terminer à la protection de l’Empereur et des feux de bataillons avec nos amis de la 8° pour arrêter la progression ennemie.

Merci à tous.

Michel