Organisation et rôle au sein du 1er chasseur 2ème compagnie


1) l es chasseurs :
Soldats d’élite de la vieille garde impériale, ils sont 80 dans une compagnie. Ils sont soumis à un régime préférentiel par rapport au reste de l’armée :priorité dans les rations, voyages en charrettes,remplacement des uniformes plus fréquent, etc.
Le chasseur obtient d’office le grade de caporal (certains réfèrent même à sergent) en présence de soldats d’infanterie de la ligne.
Afin d’accéder au 1er régiment de chasseur, il faut théoriquement mesurer au minimum 1,76m, 5ans de service dans l’infanterie légère et 2 campagnes.
Le chasseur obéit à ses sousofficiers, et officiers subalternes, ainsi qu’aux sous-officiers et officierssubalternes de la vieille garde. Les officiers subalternes et supérieurs de la garde impériale (jeune à vieille garde) ont autorité sur les chasseurs (ils sont de base eux même issus de lavieille garde). Un sous officier, officier subalterne ou supérieur de la ligne n’a aucune autorité sur un soldat de la garde impérial sauf sur ordre écrit et signer d’un officier de la garde. Il ne faut pas oublier que la garde est un corps d’armée distinct du reste de la grande armée.
Les chasseurs ne peuvent théoriquement porter que la moustache et les favoris. Le port des boucles d’oreilles en or y était obligatoire, retour aux traditions de l’ancien régime pour les corps d’élite.
Beaucoup portaient aussi des tatouages représentant des aigles, des grenades, voir même l’empereur.
2) Les sapeurs
Les sapeurs, présents au nombre de 2 par compagnie, portent automatiquement le grade
de caporal sans avoir à endosser leurs fonctions.
Le sapeur aura le pénible rôle d’ouvrir la voie aux hommes lorsque le chemin est impraticable : chevaux de frise, barricades, portes etc. sont les éléments qu’ils doivent
dégager.
Le sapeur à le droit de porter une barbe en signe de reconnaissance du métier dangereux
qu’il exerce (au plus la barbe est longue, au plus le sapeur est brave). Elle doit cependant
être taillée et entretenue.
Il y a un Sergent et un Caporal sapeur supervisant l’ensemble des sapeurs au sein de
l’état major du régiment.
3) Les tambours et fifres
Il y a deux tambours par compagnie. Ils ont automatiquement le grade de caporal, mais n’en
assurent pas la fonction. Le nombre de fifres n’est pas renseigné, il semblerait que ce soit unsoldat qui endossait le rôle de musicien.
Les tambours ont un rôle d’ordonnance : sonner les différents moments de la journée : du réveilà l’extinction des feux ;donner une cadence lors des marches, transmettre certains ordres que la voix seule d’un officier ne pourrait transmettre (feu de bataillon, charge, retraite, etc.)
Les tambours sont sous le commandement du tambour major, en l’absence de celui-ci, ils obéissent à l’officier de la compagnie, soit le capitaine ou au sergent major.
Le tambour, de par son rôle de régulation, est exempt de toutes corvées collectives (sauf de faction/ garde). L’entretient de ses instruments lui incombe.
4) Les caporaux
C’est le sous-officier le moins gradé d’une compagnie. Il y a 8 caporaux par compagnie (1
pour 10 hommes). Lorsque les escouades sont formées, un caporal chef d’escouade est
attribué. C’est lui qui relayera les ordres aux hommes de troupes, tant en bataille qu’au
bivouac (gestion des corvées, inspection de l’escouade dans la tenue et l’armement, etc.).
Il est reconnaissable par ses galons couleurs aurore placé aux parements de manches. Le
caporal doit référer de ses actions directement au sergent. Pour connaître exactement les rôles des caporaux, consulter le manuel d’infanterie 1813 en pages 348 à 435 « devoirs du caporal ».
5) Le caporal fourrier
Le fourrier est le secrétaire, l’écrivain et le responsable du logement de la compagnie. Du point de vue administratif, il s’occupe de l’intendance. Il doit être présent à toutes les distributions avec un officier.
Il s’occupera de compléter le livret militaire des hommes, et celui de la compagnie sur les comptes des soldats, les effets de linge, etc.
Il veillera aussi à la bonne tenue du matériel par les chasseurs. Il peut exige une réparation sur le champ à l’homme sous sa supervision directe.
Pour approfondir, le rôle très étendu du fourrier, consulter le manuel d’infanterie 1813 des pages 329 à 346. On le reconnaîtra par ses galons aurore au parement de manches, et son galon doré au bras.
6) Le sergent
Au nombre de 4 par compagnie. Il est sous-officier de 1ère classe. Le rôle du sergent en bataille est simple, il ne fait que transmettre ce qu’on lui dit. A ce titre, il est chef de subdivision car il commande deux escouades. Il doit référer de ses actions au sergent major ainsi qu’aux officiers.
Au camp, il veille à ce que les caporaux appliquent les hommes à la tâche, il les supervise de jour comme de nuit.
7) Le sergent major
Le sergent Major est « le premier sergent de la compagnie », c’est lui la référence parmi les
hommes. Il tient les livres d’administration, de police, de discipline et d’instruction. Le Livret de punition ou livre rouge détaille les fautes graves et leurs punitions avec leur durée. Il aura sous ses ordres tous les hommes du rang, les caporaux et les sergents. Ce grade implique de maîtriser l’ensemble des règlements théoriques de tous sous-officiers ainsi que l’ensemble des écoles militaires (du soldat, du peloton, etc.). Dès lors, maîtriser les pages 1 à 443 du manuel d’infanterie est un passage obligé.
8) Les officiers subalternes
Le lieutenant et le sous-lieutenant commandent respectivement la 2ème et la première section. Ils relayent les ordres du capitaine. Ils sont exempts de corvées et se mêlent peu de la vie en camp ou en caserne.
Le Capitaine, il commande une compagnie de chasseurs, selon les ordres reçu par les supérieurs hiérarchique de la garde. Se trouvent au dessus de lui : 2 colonels, 1 major, 3 chefs de bataillons , un général de division, un colonel général et l’empereur, pour ne citer qu’une infime partie des officiers supérieurs à lui.
Tout officier ayant un grade supérieur à capitaine n’appartient pas à une compagnie et commande à plus large échelle la garde.


Organisation d’une compagnie
En résumé, une compagnie de chasseur est composée de 80 chasseurs, 2
sapeurs, 2 tambours, 8 caporaux, 1 caporal fourrier, 4 sergents, 1 sergent
major, 1 sous-lieutenant, 1 lieutenant et 1 capitaine
Les 80 chasseurs sont répartis au sein de 8 escouades de dix hommes.
Chaque escouade est directement commandée par un caporal.
Deux escouades forment une subdivision, commandée par un sergent. Il y
4 subdivisions.
Le sergent major sert de relais entre les officiers subalterne et les sousofficiers.
Le caporal fourrier est intégré dans les rangs.
Le sous-lieutenant prend en charge 2 subdivisions formant ainsi une
section.
Le lieutenant prend les 2 autres subdivisions et forme la 2ème section.
Le capitaine supervise l’ensemble appelé compagnie.
En fonction des besoins, les sapeurs seront intégrés dans les escouades
ou placé ailleurs (à l’arrière, aux extrémités, rassemblés avec des
sapeurs d’autres compagnies, etc.).
Les tambours peuvent être placé à l’arrière, près du capitaine, ou sur les
extrémités de la compagnie, voire même en colonne en fonction des
besoins).
Sources :
Le manuel d’infanterie 1813
A. Jouineau « La garde impériale, tome 1, les troupes à pied »
https://scontent-bru2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-
9/87288871_209054407137628_1012334997236875264_n.jpg?
nc_cat=108&_nc_sid=8024bb&_nc_ohc=xC
bHF00kkAX8O4q6m&_nc_ht=scontent-bru2-
1.xx&oh=90c2717597fe629d616a05bc78b0d84b&oe=5EFBEE77
A. Pigeard, Nouveau dictionnaire de la grande armée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s