TETE DE COLONNE DES CHASSEURS A PIED DE LA VIEILLE GARDE 1804 – 1815

Conformément au décret de 1802, le 1er régiment de Chasseurs à pied de la garde Impériale est pourvu d’une musique régimentaire comportant trente-cinq exécutants y compris sa direction. A leur lise sur pied, les autres régiments de Chasseurs à pied bénéficieront également d’une musique avec les mêmes effectifs.

Lors des grandes parades, la musique régimentaire marche en tête du régiment avec les fifres et tambours de compagnies, ainsi que les sapeurs, cependant sur le plan administratif ils dépendent des compagnies ou de l’état-major régimentaire. Cette disposition s’appelle la « tête de colonne ».

Les Sapeurs.

Avant 1810, l’uniforme des sapeurs se distingue de celui de la troupe surtout par l’ajout de haches croisées. Ces haches sont en drap blanc sur fond rouge, cousues au sommet de chaque manche.

A partir de 1804, indépendamment  de leur grade, tous les sapeurs reçoivent des épaulettes de sergent.

Avant 1802, le bonnet des sapeurs est orné d’un cordon à raquettes et glands verts et or attaché du côté droit, ainsi que la cocarde et le plumet.

Après 1802, les sapeurs portent le même bonnet que les sergents du régiment. Cependant la gravure publiée par « Chez Jean » (1803) donne le cordon de bonnet comme étant vert. Le manuscrit d’Otto, daté de 1807, montre le sapeur avec un cordon blanc et vert (argent et vert ?) A un gland attaché a sommet du bonnet. Ce bonnet comporte un fond de drap écarlate garni d’un galon blanc en croix. Sur la gravure de martinet, de 1808, le bonnet du sapeur ne comporte pas de cordon. Le bonnet des caporaux-sapeurs ne se distingue en rien de celui des simples sapeurs, le cordon des sergents, par contre, comporte une plus grande quantité d’or dans sa composition. Otto, Martinet et Henschel donnent le plumet des sapeurs avec les couleurs de tailles inégales : la partie supérieure, rouge, étant plus grande que la verte, à la base. Ceci est particulièrement bine visible sur l’aquarelle des frères Henschel (1810) qui représente un caporal des sapeurs. Le bonnet des sapeurs comporte la cocarde ou le pompon des sous-officiers. Le somptueux plumet du bonnet des sapeurs est en plume de vautour.

Les haches, brodées en fil d’or sur fond écarlate ne décorent plus seulement les manches, mais également les pans des retroussis. Par ailleurs, les haches portées aux manches sont souvent complémentées par une grenade enflammée ou la couronne impériale.

La gravure de martinet représente un sapeur en grande tenue vers 1808, son habit porte des épaulettes de troupe à tournante or, des haches croisées blanches sur fond or et surmontées d’une couronne impériale également or.

A partir de 1810, les sapeurs portent le même habit que les tambours et les fifres, mais sans les nids d’hirondelles et le galonnage à la taille. Les couleurs avant et arrière des manches sont garnies tout du long d’un galon vert et or, le reste demeure comme auparavant.

Le surtout des sapeurs est identique à celui des fifres et tambours, mais la taille n’est pas galonnée. Les manches et les retroussis sont ornés comme pour l’habit.

Les épaulettes de troupe sont portées avec le surtout. Le manuscrit d’Otto donne les épaulettes à fond vert ainsi que la tournante et la bride, avec des franges rouges. Les haches aux manches sont rouges sur fond blanc.

Le deuxième habit des sapeurs est semblable à celui des musiciens de compagnie, mais sans galonnage à la taille.

Le porte-hache est en cuir noirci mat, avec les garnitures des bords et coutures de cuir brillant. La patelette du porte-hache et le couvercle de la petite cartouchière fixée sur la partie large du porte-hache, se ferment grâce à de petits sanglons de cuir avec boucles de laiton. Le couvercle de la cartouchière est orné de différents motifs de haches croisées, aigles couronnées, cors et grenades enflammées en laiton, de diverses formes.

Le dessin du manuscrit d’Otto nous montre un sapeur en 1807, dont la cartouchière n’est pas fixée au porte-hache, mais sur le devant du ceinturon. Le couvercle de la cartouchière est orné d’une aigle impériale couronnée au centre, et de cors en laiton dans les angles.

Sur la face arrière du porte-hache une bande de cuir noir mat est cousue, de telle manière à former des fentes dans lesquelles on glisse les extrémités de la banderole blanche à bords piqués. Cette banderole se porte en travers de la poitrine, attachée aux deux extrémités du porte-hache par des sangles de cuir avec boucles de laiton ; la boucle et les garnitures, (parfois en forme de tête de lion) sont en laiton. Au dessus de la boucle on peut trouver divers ornements en laiton, haches croisées, grenade enflammée, cor, tête de lion ou méduse. Ces ornements peuvent être montés sur un socle de tissus rouge à bords dentelés.

La gravure publiée par « Chez Jean » montre un sapeur en tenue de parade en 1803, sa banderole de porte-hache est dépourvue de boucle sur le devant. La banderole, non piquée sur les bords est décorée de haches croisées et d’un cor e, laiton.

Un passant cylindrique de cuir blanchi à bords piqués est cousue à la partie arrière de la banderole. Il permet de maintenir le manche de la hache à la banderole. Le porte-hache est également maintenu au baudrier du sabre-briquet par une martingale de cuir blanchi découpé en forme de grenade enflammée.

Le baudrier du sabre-briquet est comme ce lui d la troupe, mais orné sur le devant d’éléments en laiton similaires  à ceux figurant sur la banderole du porte-hache. La gravure de martinet représente un sapeur en tenue de grande parade en 1808, avec un baudrier orné d’une tête de méduse sur le dessin du manuscrit d’Otto, il s’agit d’une tête de lion et de haches croisées sur le fond rouge, la gravure de « Chez Jean » représente un cor sur le baudrier de sabre.

Le long tablier est de cuir blanchi. Io se fixe autour du cou par une petite sangle de cuir avec une boucle, à la taille par 2 sangles de cuir.

Le tablier est par ailleurs maintenu par le ceinturon de cuir blanchi à bords piqués. La plaque de laiton estampée représente un cor (parfois avec une grenade enflammée au centre).

L’étude de l’iconographie monte que la partie inférieure du tablier varie quant à sa forme. La gravure de martinet, datée de 1808, montre un tablier avec bords arrondis, ceux de « Chez Jean » (1803), du manuscrit d’Otto (1807) et de l’aquarelle des frères Henschel (1810) sont à bords coupés droits. En tenue de grande parade et de parade, le tablier se porte sous l’habit, par dessus le gilet, en campagne le tablier couvre le surtout, mais n’est pas porté avec la capote.

En campagne, pour faciliter son port, un des coins du tablier peut être relevé grâce à un crochet en acier qui se fixe à un œillet métallique au niveau de la taille ou sur le ceinturon.

Les gants à larges crispins, piqués sur les bords sont en cuir blanchi.

Les sapeurs ayant le grade de sergent ne sont armés que du sabre et éventuellement de pistolets, c’est pourquoi ils ne portent pas le porte-hache avec sa banderole. Le baudrier du sabre est semblable à celui des sapeurs, mais sans  le gousset pour le fourreau de baïonnette. Le ceinturon comporte des étuis pour pistolets sur le devant.

Les sapeurs et les caporaux-sapeurs sont armés d’un sabre massif, garde en laiton en forme de tête de coq ou d’aigle, lame d’acier à double tranchant, parfois avec dents de scie du côté intérieur. Fourreau de bois recouvert de cuir noirci, garnitures de laiton. Ce sabre n’est porté qu’en tenue de grande parade ou de parade, dans les autres occasions il est remplacé par le sabre-briquet de troupe avec sa dragonne. Outre ce sabre-briquet, l’armement des sapeurs comporte la hache et le mousqueton. Le corps de la hache est en acier, le manche en bois noirci, l’embout est en laiton. Le mousqueton est du modèle An IX pour Chasseur à cheval avec la monture en bois, canon, baguette, détente, chien, batterie, ressorts et corps de la platine en acier, le bassinet de la platine et les garnitures du mousqueton sont en laiton. La bretelle du mousqueton est de cuir blanchi à bords piqués avec 2 boutons et la boucle en laiton.

Les sapeurs ayant grade de sergent n’ont que la sabre-briquet il est probable qu’ils aient reçu des pistolets de cavalerie modèle An IX et An XII à garnitures de laiton.

Sapeurs : Ils portaient l’habit de la troupe, avec les épaulettes de sous-officiers. Les états de 1815 font mention des garnitures de manche sous formes de haches en or et des couronnes en or, conformes à la tradition du corps.

Leur équipement se composait du tablier de buffle, d’un ceinturon avec plaque jaune à aigle, du porte hache à giberne orné d’un écusson à aigle, du porte hache à giberne orné d’un écusson à aigle en cuivre et de sa banderole, orné de têtes de Méduse, de gants à la crispin.

Ils étaient armés d’un sabre de sapeur, de la hache et d’une carabine garnie d’une bretelle en buffle.

Uniforme des sapeurs de chasseur à pied de la Garde Impériale.

Habit de chasseur – avec sur chaque bras une double hache en croix brodée d’or sur un drap vert ; épaulettes et dragonne de sergent ; passants, grenades et cors de chasse en or.

En avril 1810, les sapeurs reçurent un même habit galonné sur toutes les coutures, en galons d’or et laine verte de dix lignes de largeur (22,5 m/m).

Le collet, les parements, les revers, la doublure des basques, les tours d poches étaient brodés d’un pareil galon.

Il y avait des brandebourgs en or et laine verte à tous les boutons ; les ornements des retroussis et les haches sur les bras étaient brodés en or.

Les épaulettes avaient les franges écarlates mélangées d’or, les tournantes étaient en or et le corps, vert, coupé de raie d’or en travers.

Les sapeurs conservèrent cet habit de parade jusqu’à la fin de l’Empire.

Le bonnet – était sans plaque, garni d’un cordon or et laine verte, de la cocarde et du même plumet que le bonnet des chasseurs.

Gants –à crispin blancs.

Tablier – blanc ; buffleterie blanche.

Sabre – à large lame ayant la poignée ornée d’une tête de coq en cuivre.

Mousqueton – à garniture de cuivre ; baïonnette.

Hache – à manche noir garni de cuivre à l’extrémité.

Petit uniforme.

Le même que celui de la troupe ; le surtout portant, sur chaque bras, une double hache brodée en or sur vert ; le collet et les parements bordés d’un galon d’or de dix lignes (22,5 m/m), le chapeau est celui de sergent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s