Waterloo 2019 pour le 1° Chasseur.

Jeudi 20 juin : une poignée de courageux ont chargé la camionnette et sont allés monter les premières tentes et l’auvent (qui nous sera d’une très grande utilité) ainsi que l’intendance. Un tout tout grand merci à eux.

Vendredi 21 juin : derniers montages et mise en condition des troupes… Je remercie de tout cœur l’organisatrice (elle se reconnaitra certainement) pour l’écoute et la compréhension dont elle a fait preuve lors de mes petites revendications, toutes acceptées d’ailleurs.

L’ambiance est chaude, et le clos du grognard nous accueille à bras ouverts (merci Melle et Cosette). La nuit va être courte sans aucun doute. Malgré les mises en garde d’usage, la bière bien fraîche nous entraine dans son tourbillon d’ivresse…. Et on finit par se noyer à sa source. On a même vu un sous-officier chercher quelques syllabes entre le feu et la cuisson de ses saucisses, bel exemple.

D’autres s’abandonnent totalement…. Tiennent le camp éveillé jusqu’à quatre heures du matin par leurs chants tantôt révolutionnaires tantôt triviaux. Pas de chance pour nos amis de la Consulaire qui avait mis leurs tentes juste à côté du Clos. On finira par être viré vers l’artillerie un de ces jours.

La nuit, très courte passe, et quelle n’est pas ma surprise d’être interpelé par le Général Pelet qui me fait part de ces reproches et griefs : quelqu’un ou plusieurs seraient venus lui baptiser sa tente ou les abords, se seraient même couchés dessus avant d’essayer de démarrer le tracteur tondeuse du musée pour, d’après leur dire, égaliser la pelouse devant la tente de l’Empereur… On l’a échappé belle, s’ils avaient réussi…. On pouvait se transformer en écossais pour pouvoir revenir à Waterloo l’année prochaine !

Samedi 22 juin : réveil pour tous, difficile pour certains, très difficile pour d’autres. On déjeune sous l’auvent déjà accablé par la chaleur. Le rituel du samedi matin : poudre et cartouches. La soif tenaille déjà certains gosiers. Accueil de l’Empereur dans la cour du « Cailloux » et première garde à l’Empereur pendant la réunion d’Etat-major. Diner sous forme de grosse soupe malgré les 26 degrés à l’ombre. Ecole du soldat en tenue légère ou les fondamentaux sont mis à rude épreuve, c’est vrai qu’avec la déshydratation on perd des facultés !!!

Départ vers Hougoumont par petits groupes qui souhaitent déjà s’imprégner de l’ambiance à la Butte. On se rassemble tous vers 18h30 dans le bois qui surplombe la ferme et on descend …. On a l’impression qu’on est un peu des maquisards. On tire dans le bois sur tout ce qui bouge. On débouche sur la ferme et après avoir reformer le peloton on subit de plein fouet le feu ennemi. Après plusieurs échanges on passe à l’offensive pour un contact bien trop mou à notre gout de nos adversaires du jour.

Après une collation bien méritée, le groupe se scinde et quelques valeureux chasseurs, accompagné d’une vivandière armée d’un pistolet et prête à tout ; nous rejoignons le DGQN pour le souper qui nous attend grâce à nos habituelles et dévouées vivandières…. Merci pour votre aide si précieuse.

A suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s